mercredi 11 mars 2009

Marre.

Par Cecilchen, mercredi 11 mars 2009 à 12:38 :: Pensées en vrac

Je viens donner des nouvelles... ou plutot évacuer !!!
J'imagine qu'une fois de plus, je supprimerai ce billet avant de le publier, mais bon au moins ca sera sorti.
C'est parti !

Pourquoi faut-il toujours que les gens viennent vous emmerder ?
Les collègues, les suppérieurs, la famille...
Je suis toujours étonnée de la capacité qu'ont les gens à faire un drame pour rien. La capacité qu'ils ont à prendre du plaisir en fouttant la merde, en la remuant.

Une connerie au boulot, et me voilà convoquée, la veille des vacances, dans le bureau du Big Boss, qui me souffle comme il faut dans les bronches, dramatise le truc autant que possible, me ruinant mes vacances (il faut bien le dire). Je crains le blâme, le licenciement, alors que visiblement ca n'ira pas plus loin que ça. Ca vallait vraiment le coup... Mais bon, Ok. C'est son job après tout.
Et les collègues qui me sautent dessus comme des vautours à la rentrée "Qu'est ce qu'il t'a dit ? Mais il a pas le droit ! Préviens les syndicats, laisse pas tomber le truc, il a pas le droit de te faire ça, Le BigBoss !!!" Et si j'avais simplement envie d'assumer ma connerie et d'en finir au plus vite ? Est ce bien la peine d'en rajouter une louche avec les syndicats ?. Bref.

Sujet suivant.

Dans la catégorie emmerdeur de première, j'ai rencontré un spécimen tout à fait bon dans son rôle.
C'était vendredi 6 mars, 9h30.
Je me sens prête : j'ai repris 10h de conduite pendant les vacances, (avec un super moniteur qui me connait bien et sait comment je fonctionne et ce dont j'avais besoin).
Je suis "détendue" (vu les circonstances) : mon chéri est avec moi, et il a su trouver ce qu'il fallait pour cela (Boulangierie Pâtisserie, Jack Chirac et blagues vaseuses sur le chemin et pendant l'attente sur le parking). *J'en profite pour te remercier encore une fois, mon chéri, et pour remercier mon moniteur, même si il ne passera pas ici*).
BREF.
Donc j'attendais mon tour, sur le parking, où d'autres véhicules-écoles étaient là.
Enfin, arrive le : "Mademoiselle Labide ? Vous pouvez vous installer !" tant attendu.
Je monte, je m'installe, je démarre.
Mössieur l'Examinateur se cale au fond de son siège, en soupirant, après avoir mis ses lunettes de soleil. Il ne quittera pas son ton arrogant. Me voilà engagée sur un parcours bien difficile. Je redouble d'effort et de concentration, et déjoue tous les pièges qui se trouvent sur mon chemin. On me demande plus de vérif' que ce qui est prévu dans les textes. Ma foi...
Je m'en sors avec brio, je suis vraiment fière de moi, en sortant. Pour moi c'est dans la poche, cette fois-ci, mais je préfère quand même jouer la pessimiste, dans le doute.
Et j'ai d'ailleurs bien fait, car je suis RECALEE, pour la 3e fois... motif : je me suis rabattue un peu trop vite après un dépassement... non mais vous y croyez, vous ?? Avais-je finalement une seule chance de l'avoir, ce jour là, ce PUTAIN DE PERMIS DE MERDE ??

Je n'épiloguerai pas davantage sur tout ça. (Ca pourait encore durer des heures, si en plus je me mettais à ressasser de nouveau cette histoire de conseillère pédagogique pour qui je n'en fais pas assez, cette histoire de collègues qui me saoulent, cette histoire de mouvements (liée à cette histoire de permis) qui va sans doute nous contraindre au célibat géographique à la rentrée, cette histoire de mariage qui est trop loin, trop cher, et tout simplement déraisonnable, cette histoire de robes de demoiselles d'honneur qui sont trop vertes, et cette histoire d'avenir qu'on n'arrive pas à se construire tranquillement, finalement).
Je remercie simplement tous ces emmerdeurs qui me rappellent encore et encore que je ne suis qu'une merde.
On me dit que je suis trop négative, que je n'ai pas assez confiance en moi, ok. Mais d'un autre côté, on ne m'engage pas beaucoup à changer d'opinion sur moi-même, je trouve.
Franchement, j'en ai marre.

69 commentaires :: aucun trackback