jeudi 28 juin 2007

Cette fille se donne à fond :D

Par Cecilchen, jeudi 28 juin 2007 à 17:43 :: Nouvelles du front

(Merci Papa pour les vidéos lol
ça prend quelques minutes pour charger... ça fait un souvenir...)

Départ, en forme

Arrivée, quelques minutes après, sur les rotules

84 commentaires :: aucun trackback

mardi 26 juin 2007

Mardi 26 juin 2007, épreuve de 1500m, Stade Urbain Wallet

Par Cecilchen, mardi 26 juin 2007 à 11:13 :: Nouvelles du front

6h30. Le réveil sonne. Dans deux heures, mi padre viendra me chercher pour m'amener au Stade Urbain Wallet, à Amiens. Car c'est aujourd'hui l'aboutissement d'une année d'entraînement intensif, c'est aujourd'hui mon épreuve de 1500m. Je me lève péniblement, ça fait toujours drôle, à 6h30. La nuit se termine dans un bain brûlant.
Puis, à 7h30, massage des jambes avec mon huile Weleda à l'arnica, lavande et romarin. Est ce que ça va m'apporter quelque chose ? Il n'y a rien à perdre. Déjà : ca sent bon. C'est bon signe ! Après le massage, j'enfile ma tenue de combattante : culotte en coton et soutient-gorge top glamours (oupah !) ET brassière de sport, pour être sûre de pas être gênée à ce niveau là, caleçon de sport hyper sexy, et mon fameux T-Shirt de sport bleu ciel avec col en V :) Ah ! J'ai oublié mes soquettes blanches et mes runnings Reebok d'hommes (qui avaient le mérite d'être à ma taille, 42, de pas être chère et d'avoir des semelles bien épaisses, tout en étant très légère)
8h. On enchaîne sur un petit déjeuner copieux : tasse de café préparée avec amour par mon PoueT (qui m'a réveillée avec deux bisous dans le cou, il faut le dire :) ), deux petits pains tartinés de nutella, un verre de jus d'orange. A peine le temps de finir que mon père est déjà là : 8h25.
9h. Nous voilà au stade. Il y a beaucoup de monde dans et autour des gradins, et des filles sont déjà en train de courir (elles ont l'air d'en baver, tu m'étonnes, avec le vent et la pluie !). Anne est déjà en train de s'échauffer ; elle est censée courir juste avant moi.
9h30. Départ d'Anne. Elle se bat avec courage et bat son record.
9h45. C'est moi qui suis sur la piste, avec 10 autres filles. J'ai le dossard n°9, jaune. Un gars s'avance et nous donne les consignes de l'épreuve : on fait 3 tours et 3/4 de tours après un coup de sifflet. Les jurys font l'appel une ultime fois, pour bien repérer qui on est (on a deux jurys chacun), et ça y est...
"A vos marques..." (on avance sur la ligne de départ)
*coup de sifflet*
Je me lance, en tête de course. J'y reste jusqu'au deuxième tour, puis je me fais doubler. J'ai dû partir trop vite. J'ai mal aux jambes, j'ai envie d'arrêter, c'est trop dur, ça n'a jamais été aussi dur. Arnaud, Anne et Bérangère sont là pour m'encourager. Mon père est là aussi, il ne dit rien, mais je sens qu'il est là, donc je peux pas faire n'importe quoi. J'en ai marre quand même.
C'est là que je vois Pierrot, mon "ancien" prof de sport, sur la piste ; il m'avait dit qu'il viendrait, mais il était pas là au départ, donc je pensais qu'il avait oublié. Ca me fait chaud au coeur de le voir ici, et ça me remotive, c'est un peu pour lui aussi qu'on courre, lui qui a été là toute l'année.
Laborieusement, la ligne d'arrivée se dessine ENFIN devant moi. Je ne vois plus rien, je n'entends plus rien, tout est flou et tout bourdonne autour de moi. Je franchis la ligne sans ralentir (et oui, quand même !).
Pierrot arrive quelques secondes après moi : "7min07 ! Alors ! Contente ?
- Bouremdldmm !
- Respire !"
Oui, et non, ça voulait dire. Je voulais faire plus, mais je suis malade, et je me suis donnée à fond tout le long de la course, donc : pas de regret !
Mon père arrive, m'aide à rester debout. Pourquoi ils veulent que je reste debout, ces gens ?? J'ai qu'une envie, c'est fermer les yeux et attendre la mort, tellement que je souffre ! Oui, c'est pour mieux respirer, je sais... et puis de toute façon c'est mouillé par terre. Donc je me lève, et on part tout de suite, avec mon père.
J'aurais voulu rester pour encourager Bérangère, qui ne courrait qu'à 10h30, mais mon père est pressé et je sens qu'il faut absolument que je me repose. J'espère qu'elle ne m'en tiendra pas grief ! Je pense bien à elle en tout cas !

Voilà... c'est fini...

à venir : video de l'arrivée :D lol

27 commentaires :: aucun trackback