lundi 14 mai 2007

Ce que nous savons de gustave...

Par Cecilchen, lundi 14 mai 2007 à 13:56 :: Gustave et compagnie

20 septembre 2006
Ah ! Mon cher chéri chat Gustave,
Après un début de vie marqué par l'errance, de rues en rues, en quête continuelle de nourriture, te voilà qui claudiques, qui luttes contre la mort : tu as été renversé par une voiture.
Ta hanche droite a quasiment tout pris : elle est brisée, broyée. Et ta queue, aussi, été écrasée lors de l'accident ; elle n'est plus qu'une plaie infectée qui attirera bientôt les parasites.
Seul, tu ne sauras survivre bien longtemps dans la jungle de la ville...

21 septembre 2006
Alors, tu tentes quand même ta chance ? Tu essayes de continuer de vivre, et tu te bats ? Tu crois vraiment que tu y arriveras, seul ?
La nature à des lois que nul ne peut transgresser, et certainemant pas toi, sans nom ni sans famille.
Dans la rue, un chat blessé s'éteint obligatoirement. Il n'y aura pas d'exception faite pour toi.

22 septembre 2006
Gustave, c'est ton jour de chance.
Te voilà sur un rond point, en centre ville d'Amiens. C'est le soir. Il y a du monde en voiture, beaucoup de monde.
Bouge de là, Gustave, tu vas y passer sinon. Coups de klaxon. Personne ne s'arrête pour sauver ce pauvre petit chat blessé que tu es.
Personne sauf une... et c'est de début de ta nouvelle vie !
Sofy t'a vu, et elle, elle n'a pas hésité. Elle t'attrappe, puis direction vétérinaire, chez lequel tu vas subir une ablation de la queue :(
Puis tu restes quelques jours au calme chez le frère de Sofy. Immobilisé dans une caisse en carton, on attend que ta hanche se ressoude un peu...

19 octobre 2006
Sofy me contacte, pour savoir si je saurai te donner l'amour et les soins que tu mérites, jusqu'à la fin de ta vie.
Après une hésitation d'une minute trente environ, je donne une réponse quasi définitive à la demoiselle : OUI.
Seul problème qu'il me reste alors : élaborer une stratégie pour convaincre PoueT d'accepter de vivre avec un chat dans un appartement de 90m² couvert de moquette claire... (il n'a jamais eu d'animal de compagnie et il est plutôt... réticent, voyez-vous ?).
Le lendemain, c'est un OUI définitif que je donne à Sofy.

Lundi 23 octobre 2006
Te voilà chez nous, renifflant canapés, tables, chaises, et moquette claire, t'y frottant. Tu as l'air de bien aimer ton nouveau chez toi !
Nous décidons de t'appeler Gustave (même si Haku, prénom donné par Sofy en attendant de te trouver une famille, n'était pas mal non plus :) )
Tu deviens rapidement Gustavo, Gustavigo, El Embuscador (= le chat qui s'embusque), Gus, GusGus, MiniGus, Mini...

Les mois passent, passent, et tu as l'air d'être bien chez nous, même si la vie des rues semble aussi te manquer... et oui, pas facile de passer de "chat des rues" à "chat d'appartement" !
Nous, nous sommes chaque jour un peu plus heureux de t'avoir à nos côtés.
Tu es un chat bavard, pot-de-colle, câlin, ronronneur, fugueur, aussi, un peu (dans quelle angoisse tu nous as plongés quand tu es parti 5 jours entiers ! rrrrrh)
J'aime te prendre dans mes bras, te cajôler, t'entendre ronronner de plaisir et sentir tes griffes se planter dans mon pull, dès le matin.
J'aime quand, au petit déjeuner, tu miaules jusqu'à ce que je te prenne sur mes genoux, et quand tu fais ensuite ton fier en face de PoueT, qui ne supporte pas les chats à table.
J'aime quand tu viens me donner des coups de tête quand je bois mon thé, et quand j'en renverse partout, du coup.
J'aime quand tu t'installes sur mon clavier d'ordinateur ou sur mon livre, un peu boudeur, d'un air de dire "ça va bien maintenant, viens me faire un câlin !".
J'aime quand tu fais le fou avec une feuille morte ou un sachet en plastique.
J'aime te gratter le ventre quand tu te roules au soleil sur la terrasse ; j'aime quand tu t'étires de tout ton long quand je fais ça.
J'aime te voir griffer le canapé, sauter sur la télé, ouvrir tout seul la porte fenêtre du salon, pour tenter l'escapade dans les jardins de la résidence.
J'aime te regarder humer longuement les arbustes qui s'y trouve, lorsque tu y parviens.
J'aime quand tu dors, et quand, plongé dans tes rêves, tu bouges tes pattes et tes moustaches.
Je t'aime du matin jusqu'au soir !

82 commentaires :: aucun trackback

jeudi 10 mai 2007

Gustave, t'es un champion !

Par Cecilchen, jeudi 10 mai 2007 à 18:44 :: Gustave et compagnie

Gustave est revenu... après 5 jours de fugue, vous vous rendez compte ?

C'est une fripouille...

Il a eu droit à un formage blanc périmé pour se remettre en forme : il est tout maigre !!!





Bon le billet du 8 février je me demandais si j'avais déjà vécu LE plus beau jour de ma vie...
Aujourd'hui, je crois que ça y est : Mon Gustave, quand j'ai vu ta frimousse toute triste sortir des buissons devant notre fenêtre, et que j'ai compris que tu étais revenu, j'ai su que c'était le plus beau jour de ma vie :)

30 commentaires :: aucun trackback

mercredi 9 mai 2007

ich lebe in einer Hölle, seit du von mir gegangen bist

Par Cecilchen, mercredi 9 mai 2007 à 11:14 :: Gustave et compagnie

ich bin allein was soll ich hier ? Bitte komm zurück zu mir !

35 commentaires :: aucun trackback

mardi 8 mai 2007

Gustave, si t'es champion, rente vite à ta maison !!

Par Cecilchen, mardi 8 mai 2007 à 13:59 :: Gustave et compagnie

Ich werde in die Tannen gehen
Dahin wo ich ihn zuletzt gesehen
Doch der Abend wirft ein Tuch aufs Land
Und auf die Wege hinterm Waldesrand
Und der Wald er steht so schwarz und leer
Weh mir, oh weh
Und die Vögel singen nicht mehr




Ohne dich kann ich nicht sein
Ohne dich
Mit dir bin ich auch allein
Ohne dich
Ohne dich zähl ich die Stunden ohne dich
Mit dir stehen die Sekunden
Lohnen nicht

83 commentaires :: aucun trackback