vendredi 30 mars 2007

Et la surprise du mois revient...

Par Cecilchen, vendredi 30 mars 2007 à 21:45 :: Gustave et compagnie

à notre chère Lolita.

Alors qu'on pensais tous que Viktor allait nous quitter, c'est toi qui es partie, discrètement, silencieusement, comme toujours. Comme si, encore cette fois, tu avais d'avantage pensé aux autres. J'ai tellement de choses à dire pour te rendre hommage que finalement, je ne sais pas par où commencer, et je préfère garder les mots d'amour dans mon coeur. Ma Loli chérie, merci d'avoir été présente pour nous tous ces dernières année, et de nous avoir apporté tant de réconfort, notamment à ta maîtresse, à notre mère.

15 commentaires :: aucun trackback

lundi 26 mars 2007

Russisches Abendsgedicht

Par Cecilchen, lundi 26 mars 2007 à 22:45 :: Party, copains...

Meine Seele ist leer
Und ich bin mude irgendwie
Ich habe keine Wunsche mehr
Und bin ein armes tropfes Tier

Anonym.

104 commentaires :: aucun trackback

Reflexion personnelle

Par Cecilchen, lundi 26 mars 2007 à 21:26 :: Pensées en vrac

Pourquoi, quand ça va pas, c'est pas un truc qui va pas, mais TOUT qui va pas ?

Jveux dire. Aujourd'hui :
  • Je fait la grasse mat' sans faire gaffe alors que j'avais plein de trucs à faire.
  • Je pars en cours sans mon portable (ça semble pas si grave, mais ça va me saouler en fin d'après midi, en fait, vous allez voir)
  • Je me plante dans mes horaires de cours et me pointe 45 minutes trop tôt à l'IUFM, à rien pouvoir faire.
  • J'ai un cours de maths audieux
  • Je vais à l'auto-école, et j'apprends que je suis recalée au code blanc, passé vendredi dernier
  • Je poireaute 20 minutes à la gare, attendant PoueT en vain, car il est déjà chez nous à m'attendre (et j'ai pas mon téléphone !).
Et avec ça, ce soir, les gens qui évoluent autour de moi trouvent encore moyen de venir me prendre la tête après tout ça !!

Non mais là, faut arrêter, au bout d'un moment. Faut plus appeler, messieurs dames.

Heureusement que malgré tout YEN A DES BIEEEEEEENS ! YEN A DES BIIIIIIIIIIIIIIEEEEEEEEEEEEEEEEEENS ! (mais quand même des fois, y'en a y font chier)

86 commentaires :: aucun trackback

dimanche 25 mars 2007

Mon Viktor, encore...

Par Cecilchen, dimanche 25 mars 2007 à 21:49 :: Gustave et compagnie

Voilà deux semaines que Viktor est chez nous...
Et tout se passe bien ! Même avec Gustave !
Il prend bien ses médicaments, il mange bien (d'ailleurs il reprend du poid), il est sage et il s'entend bien avec Gustave.


28 commentaires :: aucun trackback

Croziflette amiennoise

Par Cecilchen, dimanche 25 mars 2007 à 21:39 :: Party, copains...

Résumé en photo de la soirée de mercredi 21 mars. Lucile est venue et comme il faisait fort froid, on a décidé de se faire un bon p'tit plat qui tient bien au corps : une croziflette !



"Ca pique les yeux !"





Attention à pas laisser les pâtes déborder (saloperie de crozets...)



Laisser gratiner quelques minutes au four...



Tadaaaa !



Ouah en plus ya la nouvelle star à la télé... trop de suspens !!



15 commentaires :: aucun trackback

Soirée sympa à Amiens avec Frederic

Par Cecilchen, dimanche 25 mars 2007 à 21:24 :: Party, copains...

Tous les éléments étaient réunis : Paulaner et Rayman contre les Lapins Crétins.
Ahlala ces jeunes...



15 commentaires :: aucun trackback

Pour faire des bonnes crêpes

Par Cecilchen, dimanche 25 mars 2007 à 21:16 :: Cuisine, jardinage, bidouilles

Dans un saladier en plastique orange, mélangez
Du lait
Un peu de farine
Quelques oeufs
Et un peu d'huile
Je crois que c'est tout. Enfin le principal c'est que ca ait le bon aspect.

Bon ensuite il faut juste trois filles banales avec l'estomac vide

Une, avec un grand nez et un pull vert, qui aura un don pour façoner les crêpes



Deux autres (tout aussi banales ;) ), qui sauront quant à elle allier la bonne crêpe au bon accompagnement (maroilles, chèvre, emmental, jambon, lardons...) et surtout servir des bons verres eud' cid' !






Miam



23 commentaires :: aucun trackback

mardi 20 mars 2007

c'est rare...

Par Cecilchen, mardi 20 mars 2007 à 23:43 :: PoueT et moi

Reste encore un peu
C’est si rare de se plaire
Laisse-moi me défaire de toi
Reste encore un peu
C’est rare d’être amoureux
Laisse-moi profiter de ça
On finira bien par se reconnaître
Dans le moindre de nos gestes
On finira bien par s’apercevoir
Qu’on est fait l’un pour l’autre
Et tu ne peux rien y faire

Reste encore un peu
C’est si rare de se plaire
Laisse-moi profiter de ça
On finira bien par s’abandonner
Il suffit de laisser faire
On finira bien par se l’avouer
On est fait l’un pour l’autre ne me dis pas le contraire
Laisse encore un peu
L’odeur de tes cheveux
Enroulée entre les draps
Reste encore un peu
C’est rare d’être amoureux
Laisse-moi m’occuper de toi

On finira bien par se souvenir
De notre premier départ
Tout finira bien, je te le promets
On est fait l’un pour l’autre
Et je me dis que c’est rare
C’est rare

17 commentaires :: aucun trackback

To you... (suite)

Par Cecilchen, mardi 20 mars 2007 à 23:33 :: Famille

j'essaie d'agir comme tu l'aurais voulu...
C'est pas facile... mais je fais vraiment ce que je peux...

Elle m'emmène avec elle Je t'emmène avec moi Yalla...

28 commentaires :: aucun trackback

mercredi 14 mars 2007

Obispo au Zénith le 13/03/07

Par Cecilchen, mercredi 14 mars 2007 à 23:24 :: Concerts, musique

Bon malgré mes émotions à cause de Viktor, je suis allée hier soir voir Monsieur Pascal Obispo au Zénith de Paris
Et c'était trooooooooooooooooooooooooooop bien :d

J'avais été déçue de son concert de la tournée Fan, en 2003, mais alors là, hier, il a enflammé la salle.

J'ai bien aimé aussi ses petites réflexions gentilles sur Polnaref
("Hein ? Il est revenu ? Non ! C'est pas possible ! Il m'aurait invité !" alors que tout le monde connait l'hostilité stupide qu'a sans raison cette pseudo-star envers notre cher Obispo... et puis le "Bon on va jouer "Fan", on aura peut être les victoires de la musique" ou un truc comme ca. NO COMMENT)
et sur les gens du public qui ont passé la soirée à filmer la scène grâce à leur appareil photo (qu'il a appelés les "Minimoys", c'est-à-dire ceux qui regardent le concert sur des écran de 2cm X 2cm alors qu'ils avaient mis des écrans géant exprès. Hum hum ! )

Bon et puis sinon tout le concert était ponctué de petites surprises bien sympathiques :) Ca fait plaisir !

18 commentaires :: aucun trackback

Mon Viktor

Par Cecilchen, mercredi 14 mars 2007 à 23:05 :: Gustave et compagnie

Mon chéri chat, Tu es entré dans ma vie il y a un peu plus de trois ans. C'était un peu avant la Toussaint, en 2003. Cléo, ta maman, avait mis bas, et vous aviez vu le jour, toi et tes frères et soeurs. A l'époque, je ne cherchais pas absolument à avoir un chat. Mais Adeline, la maîtresse de ta maman, m'a parlé de toi : une petite boule de poils noire et blanche. Petite ? Voyons voir. On peut nuancer : petite, oui, mais tu étais déjà ENORME pour ton âge ! Sans même t'avoir vu, je savais déjà que je t'aimais. Deux mois plus tard, tu allais me rejoindre à Amiens.

Et deux mois plus tard, te voilà dans le train avec moi. Il faisait froid dehors, mais j'avais mis un pull dans ta boîte, pour ne pas que tu aies froid. Je m'en souviens bien ! La boîte était munie d'une petite écuelle que j'avais remplie d'eau pour le trajet. Et arrivés à Amiens, tu l'avais renversée sur toi ! Je t'avais alors pris dans mes bras, dans mon manteau, et tu étais resté bloti contre mon coeur jusqu'à ce que nous arrivions à notre appartement.




L'automne suivant, mon bel ami, tu prenais train avec moi encore, pour un plus long trajet : Paris-Göttingen. Là bas, tu m'as aidée du mieux que tu l'as pu à garder le moral, à garder le sourire. Nous allions nous promener tous les jours au bord du Kiessee. A chaque fois, tu mangeais des souris. Tu émerveillais les petits et les grands par tes pirouettes de chat en laisse.

Puis tu es allé vivre à la campagne, chez mon père ; ce mode de vie t'était décidément mieux adapté. J'avais le coeur gros de te perdre, mais l'idée de te savoir heureux me comblait de joie. Lors de nos retrouvailles hebdomadaires, tu étais toujours le même gros chat adorable au caractère si spécial. Viktor, tu es un tigre. Tu es grand, à l'allure royale. Mais surtout : quelle musculature, quelle puissance ! Oui, tu as tout d'un tigre. Les caresses ? Oui tu aimes ça, mais pas pendant trop longtemps. C'est la liberté qui t'est chère, et la solitude. Est ce que tu m'aimes, moi ? Ce regard de roi, de dieu, que tu m'adresses parfois, que veut-il dire ? Amour, mépris ? Une chose est certaine, c'est que peu de personnes ont le privilège de pouvoir t'administrer des soins lorsque cela est nécessaire, et je fais partie d'elles. Une autre chose est certaine, c'est qu'avec moi, tu joues à cache-cache, à la guerre... avec moi et moi seule. Moi en tout cas, je t'aime.

Il y a un mois, tu t'es fait attaquer et mordre le cou par un animal. La plaie s'est infectée nous ne nous en sommes apperçu que bien tard. Tu as frôlé la mort. Mais nous étions tous là pour t'aider et te soigner, et très vite tu as réussi à te remettre de ces peines. Nous pensions être tranquilles...

Mais malheureusement, la semaine dernière, mon père m'a mis au courant de la triste nouvelle.
Tu étais bien mal en point. Que c'était-il passé ? Mystère (et boule de gomme). En tout cas, ton état empirait d'heure en heure.
Vétérinaire, hospitalisation. Heures d'angoisse. La vétérinaire était bien pessimiste lorsqu'elle t'a vu. Nous croyions à un empoisonnement, il s'agissait cependant plutôt d'une colision avec une voiture. Mais ça n'était pas pour autant meilleur signe. Visiblement, ton problème se situait dans tes petits reins et à la vessie. La vétérinaire parlait de situation très grave et de décision à prendre dans les quelques jours qui allaient suivre.
Mais chaque heure qui a passé a été une petite victoire sur tes souffrances. Toi qui étais gisant, presque mort, te voilà bien vite sur tes pattes devenues bien frêles. C'est la surprise générale. Et samedi, te voilà déclaré "sortant".
Mais une péripétie intervint : celle de la crise d'urémie. Te voilà parti pour une prolongation de séjour chez le vétérinaire. Un autre problème s'est posé, aussi : depuis ton admission, tu ne mangeais pas.

Mais c'est normal ! Mon pauvre chat chéri ! Comment garder le moral dans une petite cage puante sans personne pour s'occuper de toi ? Si tu ne manges pas, tu t'affaiblis, et si tu es trop faible, tu ne manges pas. Allez courage Viktor ! Toi qui pesais encore 6 kilos le mois dernier !

La solution qu'on a trouvé, hier, puisque ta crise d'urémie était maîtrisée, c'était de te faire sortir de chez le vétérinaire pour la nuit. Chez toi tu allais bien manger, non ? C'était notre dernier espoir. Peut être nos dernières angoisses. Et le miracle s'est produit. Tu manges ! Ce matin tu as eu une dernière visite chez le vétérinaire, on t'a prescrit des médicaments (antibiotiques et autre pillules pour ta crise d'urémie), tu es encore bien faible et fragile, mais tu devrais être tiré d'affaire, en principe. J'ai l'impression de reprendre mon souffle

Je vais bien m'occuper de toi, maintenant, en attendant que l'on puisse de nouveau jouer à cache-cache tous les deux...

6 commentaires :: aucun trackback

mercredi 7 mars 2007

hum...

Par Cecilchen, mercredi 7 mars 2007 à 12:30 :: Pensées en vrac

71 commentaires :: aucun trackback