lundi 27 novembre 2006

Dimanche 26/12/2006 : fête d'anniversaire de Maxime

Par Cecilchen, lundi 27 novembre 2006 à 17:25 :: Party, copains...

Petit souvenir de cette bonne journée à trois qui s'est terminée autour d'un bon verre de vin chaud...
En compagnie de l'écureuil de la Caisse d'Epargne !
Oui oui, lui même !

80 commentaires :: aucun trackback

dimanche 26 novembre 2006

I feel it in my fingers, I feel it in my toes

Par Cecilchen, dimanche 26 novembre 2006 à 19:00 :: PoueT et moi

You know I love you I always will
My mind's made up by the way that I feel
There's no beginning, there'll be no end
'Cause on my love you can depend

12 commentaires :: aucun trackback

mercredi 22 novembre 2006

Sainte Cécile

Par Cecilchen, mercredi 22 novembre 2006 à 18:59 :: Pensées en vrac

Ste Cécile naquit dans la noble famille pratiquante de Rome des Coecilia dont sont issus beaucoup de sénateurs. Elle possédait tous les dons de grâce, de beauté et d'innocence qu'une jeune fille pouvait avoir. Riche et cultivée, elle était fervente des arts et avait un talent tout particulier pour la musique. Très jeune, elle voua sa vie à Dieu et fit vœu de virginité. Contre son gré, son père la maria à un jeune païen nommé Valérien. Le jour des noces arriva et, pendant que tout le monde chantait et dansait, Cécile s'était retirée pour invoquer la protection du Ciel dans cette situation difficile, tout en chantant dans son cœur et en récitant des psaumes. Cette situation est à l'origine de la vénération en temps que patronne de la musique. Valérien, homme remarquable, était connu pour être de grande compréhension.
Au soir du mariage lorsque les jeunes époux se retrouvèrent dans leur chambre, Cécile dit à son mari :
- Je vais te conter un secret qu'il faut jurer de ne divulguer à personne. Je suis accompagnée d¹un ange qui veille sur moi. Si tu me touches dans le cadre du mariage, il se mettra en colère et tu souffriras. Si tu respectes ma décision, il t'aimera comme il m'aime.
Valérien répliqua :
- Montre moi cet ange.
Elle lui dit :
- Si tu crois en Dieu, et que tu deviens baptisé, tu le verras.
Valérien accepta Cécile comme épouse et promit de respecter son vœu sans revendiquer les droits issus du mariage.
Il restait très impressionné par la piété et l'état de grâce de sa femme. Avec l'aide du pape St Urbain, Cécile réussit à convertir son mari au christianisme et à le faire baptiser.

En retournant vers son épouse, il la trouva en prière avec un ange aux ailes de feu à côté d'elle. L'ange couronna Cécile de roses et Valérien de lilas et leur dit alors :
- Recevez ces couronnes, elles sont un signe du Ciel. Jamais elles ne sécheront ni ne perdront leurs parfums. Quant à toi Valérien, demande moi ce que tu veux.
Il souhaita que son frère Tiburcius, qui lui était très cher, l'accompagne dans sa foi. Son vœu fut accepté. Lorsque Tiburcius entra dans la maison, le parfum des fleurs invisibles à ses yeux le saisirent et il se laissa convaincre par Cécile et Valérien de renoncer à ses faux dieux. Il se convertit et fut baptisé par St Urbain.
Les deux jeunes époux vécurent dans la chasteté et se dévouèrent aux bonnes oeuvres. Cécile chantait les louanges de Dieu avec assiduité et y joignait souvent un instrument de musique.

Mais les persécutions cruelles des chrétiens, perpétrées par l'empereur Marc-Aurèle auront raison d'eux. A cause de leur ardeur à ensevelir les corps des martyrs chrétiens dans les catacombes à l'extérieur de la ville, ils furent arrêtés. Le préfet Almachius les incita à renoncer à leur foi ce qu'ils refusèrent. Alors afin qu'ils ne puissent pas prendre de dispositions pour faire don de leur bien, ils furent condamnés à être décapités après flagellation. Maximus, l'officier chargé de rendre la sentence, après avoir vu une apparition de martyrs, se convertit soudainement à la religion chrétienne et subit le même sort. Les trois hommes furent exécutés aux alentours de Rome.
Bravant le danger, Cécile les ensevelit dans les catacombes de St Praetextatus sur la Via Appia et décida d'utiliser à l'avenir sa maison pour prêcher la foi. Avec une éloquence sans pareille, Cécile convertit de plus en plus de gens. Un jour, lorsque le pape Urbain lui rendit visite à domicile, il baptisa plus de 400 personnes.

Peu de temps après Valérien , elle fut arrêtée et amenée devant le préfet pour avoir enterré les corps de son mari et de Tiburcius. Elle n'eut pas d'autres choix que la vénération des dieux païens ou la mort. Après une glorieuse profession de foi, elle fut condamnée à mort.

Mais exécuter une fille d'une telle noblesse au service des pauvres n'était pas chose aisée même au temps des empereurs cruels. Rejetant une exécution publique elle fut condamnée à être enfermée dans la salle de bain (sudatorium) de sa propre maison à Trastevere et à suffoquer par la vapeur. Le foyer fur chargé à sept reprises de sa charge normale. La chaleur et la vapeur n'eurent pas raison d'elle. Lorsqu'elle tomba inconsciente, au bout d¹un jour et une nuit le préfet en colère ordonna de la décapiter.

A la vue de la sainte, le soldat envoyé perdit courage et tremblant frappa à trois reprises, mais en vain. La loi romaine interdisant le quatrième coup, elle fut abandonnée gisant dans son sang. Aussitôt les chrétiens se ruèrent dans la maison et essuyèrent les blessures avec les habits de lin, sans la bouger du sol. Cécile survécut trois jours pendant lesquels elle n'avait de cesse à prêcher sa foi et d'encourager les pauvres. Lorsque St Urbain arriva, elle fit don de sa maison pour y construire une église et légua ses biens aux pauvres. Alors tournant sa face contre terre, Cécile mourut le 22 novembre de l'an 230.

Elle fut inhumée dans la position exacte où elle expira, avec les doigts étendus, dans les catacombes de St callixte à côté de la crypte des papes avec, à ses pied, les vêtements ayant essuyé ses plaies.

28 commentaires :: aucun trackback

mardi 21 novembre 2006

Baptème des p'tits Gros

Par Cecilchen, mardi 21 novembre 2006 à 20:39 :: Famille

Voilà plus de 15 jours maintenant que nos deux nouveaux chéris se sont fait baptiser.
Ca fait p'tèt' un peu tard, mais j'me permets de mettre quelques photos de cette belle journée.
Oui, je sais, je me permets beaucoup de choses, mais c'est MON blog, non ? ;)
Alors voilà :
Nous voici rentrés dans l'Eglise d'Ambleny. Oscar est bien sage, même lorsque l'eau lui coule sur le fron.
De l'eau de source, de l'eau de Lourdes, et de l'eau du Jourdain.
On fera de même avec Robin, tout aussi sage.

Ici, Oscar reçoit le Saint Chrème, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.
Robin le recevra également.


La remise de la Lumière, qui captive Robin.


Après la cérémonie, place aux festivités : mangeaillons !






Robin et son arrière Grand'Mamie Jacqueline






Fin d'une journée éprouvante pour les petits et les grands

70 commentaires :: aucun trackback

vendredi 17 novembre 2006

Gustavigohohohhhhh !

Par Cecilchen, vendredi 17 novembre 2006 à 18:11 :: Gustave et compagnie

Voilà quelques semaine que Gustave est arrivé dans notre foyer.
Pour la p'tit histoire : Sophie, une fille de ma classe, qui est bien gentille, d'ailleurs, est venue me voir un jeudi, avant d'aller en français. Les yeux tristes, elle m'annonce qu'elle vient de receuillir un chat, qu'il s'est fait écraser par une voiture, qu'elle l'a amené chez le vétérinaire, que sa hanche était brisée et qu'on a dû lui couper la queue (au chat, hein), qu'il est sauvé, maintenant, mais qu'elle ne peut pas le garder chez elle... Bref. Mon coeur s'est fendu à son récit : nous avons ouvert notre porte à ce jeune chat, que nous avons appelé Gustave.
Or, il semble que la "véritable" propriétaire de notre Gustave se soit manifestée, il y a quelque jours : Sophie avait laissé des annonces concernant ce chat trouvé... La nana appelle Sophie, et il semblerait, après avoir appri que le chat en question avait été emputé de la queue, qu'il n'était plus son chat du tout !
Vérité ou dégoût d'avoir un chat un peu spécial ?
Morale de l'histoire : Gustave a trouvé chez nous tout ce dont il avait besoin, c'est à dire des maîtres qui l'aiment vraiment, pour ce qu'il est.

83 commentaires :: aucun trackback

jeudi 16 novembre 2006

Oups... 2

Par Cecilchen, jeudi 16 novembre 2006 à 19:38 :: Pensées en vrac

Une autre chose qui peut briser le coeur des âmes sensible comme moi, c'est de se rendre compte qu'on est méprisé par ses copains.
Lucie, tu as toujours fait cette remarque : "Cécile, je suis la seule à ne pas être dans ton Blog"
Voilà, et bien, ma chère soeur. J'attendais le moment adequat, et je pense ne pas le regretter. Tu es la personne la plus importante à mes yeux, la seule qui compte réellement dans ma vie (et pourtant Dieu sait à quel point je peux aimer les gens). C'est vrai qu'on se chamaille beaucoup : mais si une personne, une seule personne, t'attaque, physiquement ou pas, te salie, ou parle dans ton dos, c'est EXACTEMENT comme si c'était à moi que l'on s'en prenait.
Tu es moi, je suis toi : voilà comment caractériser notre relation. Amour est un terme bien trop terne.
A bon entendeur.

11 commentaires :: aucun trackback

Oups...

Par Cecilchen, jeudi 16 novembre 2006 à 19:31 :: Pensées en vrac

Une des pires choses qui puisse vous arriver :
Vous êtes dans un train avec votre meilleure amie et vous vous rendez compte que vous lui faites honte.
Et oui : tout passe, tout casse, tout lasse.
Mais voir les gens qu'on aime changer si rapidement, et si radicalement, ça fait toujours mal.

86 commentaires :: aucun trackback