mardi 26 septembre 2006

Le petit chat blanc

Par Cecilchen, mardi 26 septembre 2006 à 14:25 :: Pensées en vrac

Un petit chat blanc
qui faisait semblant
d'avoir mal aux dents
disait en miaulant :
" Souris mon amie
J'ai bien du souci
Le docteur m'a dit :
Tu seras guéri
Si entre tes dents
Tu mets un moment
Délicatement
La queue d'une souris."
Très obligeamment
Souris bon enfant
S'approcha du chat
Qui se la mangea.
MORALITÉ
Les bons sentiments
Ont l'inconvénient
d'amener souvent
De graves ennuis
Aux petits enfants
Comme-z-aux souris.

© Claude Roy, Enfantasques, Ed. Gallimard.

15 commentaires :: aucun trackback

mardi 19 septembre 2006

Tous les animaux du monde, tous les animaux sont mes amis !

Par Cecilchen, mardi 19 septembre 2006 à 13:47 :: Pensées en vrac

Extraits du journal intime du chien :

Jour n° 180
08h00 - Chouette, de la pâtée pour chien ! Ce que je préfère !
09h30 - Chouette, une sortie en voiture ! Ce que je préfère !
09h40 - Chouette, une promenade ! Ce que je préfère !
10h30 - Chouette, une sortie en voiture ! Ce que je préfère !
11h30 - Chouette, de la pâtée pour chien ! Ce que je préfère !
12h00 - Chouette, les enfants ! Ce que je préfère !
13h00 - Chouette, la cour ! Ce que je préfère !
16h00 - Chouette, les enfants ! Ce que je préfère !
17h00 - Chouette, de la pâtée pour chien ! Ce que je préfère !
17h30 - Chouette, papa et maman ! Ce que je préfère !

Jour n° 181
(Voir jour n° 180)

Jour n° 182
(Voir jour n° 181)

Jour n° 183
(Voir jour n° 182)


Extraits du journal intime du chat :

Jour n° 152
Mes ravisseurs continuent à me provoquer avec de bizarres petits objets pendouillant au bout d'une ficelle. Ils se gavent de viande fraîche au dîner pendant qu'ils me forcent à manger des céréales déshydratées.
La seule chose qui m'aide à tenir le coup est l'espoir d'une évasion, et la maigre satisfaction que je retire de temps à autres de la destruction d'un meuble. Demain, je mangerai peut-être une autre plante d'appartement.

Jour n° 161
Aujourd'hui, ma tentative d'assassiner mes ravisseurs en me glissant dans leurs pieds pendant qu'ils marchaient a presque réussi. Il faudra que j'essaie encore depuis le haut des escaliers. Dans l'espoir d'induire dégoût et répulsion chez ces vils oppresseurs, je me suis encore forcé à vomir sur leur fauteuil préféré. Il faudra que je recommence sur leur lit.

Jour n° 165
J'ai décapité une souris et leur ai apporté le corps, afin de leur faire comprendre ce dont je suis capable, et pour frapper leurs coeurs de terreur. Mais ils se sont juste extasiés et se sont répandus en paroles onctueuses et condescendantes, me disant à quel point j'étais un bon petit chat. Hmmm... Ca ne fonctionne pas conformément au plan.

Jour n° 168
J'ai enfin réalisé jusqu'à quel point allait leur sadisme. Sans aucune raison, j'ai été choisi pour le supplice de l'eau. Cette fois, de plus, il comprenait une substance chimique mousseuse et piquante nommée "shampooing". Quel cerveau malade a bien pu inventer un tel liquide ? Ma seule consolation est le morceau de pouce que je tiens encore entre mes dents.

Jour n° 171
Aujourd'hui s'est tenue une sorte de réunion de malfaiteurs. J'ai été placé à l'isolement pendant l'événement. Cependant, j'ai pu entendre le bruit et humer l'odeur nauséabonde de ces tubes de verres qu'ils appellent "bière". Plus important, j'ai réussi à obtenir l'information que la raison de ma réclusion était mon pouvoir "allergisant". Il va falloir que j'apprenne de quoi il s'agit pour que je puisse l'utiliser à mon avantage.

Jour n° 174
Je suis persuadé que les autres prisonniers sont des comédiens ou peut-être même des mouchards. Le chien est relâché tous les jours et semble plus qu'heureux de revenir. C'est visiblement un attardé mental. D'un autre côté, l'oiseau doit être un informateur puisqu'il leur parle constamment. Je suis certain qu'il leur rapporte mes moindres mouvements. Tant qu'il restera dans cette pièce de métal, sa sécurité est assurée. Mais je peux attendre. Ce n'est qu'une question de temps...

10 commentaires :: aucun trackback

mardi 12 septembre 2006

OH, ich hab solche Sehnsucht !

Par Cecilchen, mardi 12 septembre 2006 à 23:01 :: Pensées en vrac

Manchmal schließe ich die Augen,
stell mir vor ich sitz am Meer,
dann denk ich an diese Insel,
und mein Herz das wird so schwer.

22 commentaires :: aucun trackback

lundi 11 septembre 2006

Week end à Fort-Mahon... ça vous intéresse ? :D

Par Cecilchen, lundi 11 septembre 2006 à 11:37 :: Party, copains...

Voici un p'tit résumé en image du week end dernier que nous avons passé à Fort-Mahon, en baie de Somme, avec les copains. Ca m'a bien fait plaisir de tous les revoir une dernière fois avant l'arrivée de l'automne et de pouvoir autant en profiter. Je n'ai pas de meilleurs délires que ceux partagés avec eux (même si y'en a des bien, des autres copains).



Nous tenons à remercier tout particulièrement le Soleil qui a bien voulu jouer le jeu. Les puces de mer et les moustiques se sont également bien amusés :D . Merci au camping que nous avons arnaqué, aussi.
Voilà. Bon. Week end à refaire quoi :)

15 commentaires :: aucun trackback

jeudi 7 septembre 2006

Une chanson qui te ressemblerait

Par Cecilchen, jeudi 7 septembre 2006 à 12:00 :: Concerts, musique

j'viens de prendre des billets pour aller voir Monsieur William Sheller en concert le vendredi 4 mai à Reims !! :D
Alors...

J'aimerais quelque part un peu où bon leur semble
Trouver sous quelques mots , quelques notes ensembles
Tu sais,
Une chanson qui te ressemblerait...

J'aimerais quelque part comme en terre allemande
Bâtir de quelques pierres un château de légende
Tu sais,
Une maison qui te ressemblerait...

Mais il faudrait d'abord pour à chaque seconde
Guider tes premier pas , dans ce mal foutu monde
Tu sais,
Une maman qui te ressemblerait...

81 commentaires :: aucun trackback

mardi 5 septembre 2006

Am 19.02.05 ... wie es wirklich war

Par Cecilchen, mardi 5 septembre 2006 à 16:11 :: Voyages


In den ersten Morgenstunden
ließ ein Schauer mich erfrieren
und ich dachte für Sekunden
dass wir alles hier verlieren, dass wir alles hier verlieren

Immer länger werden die Tage
nur die Zuversicht nimmt ab
dass wir irgendwann mal sagen
das war alles ziemlich knapp
doch nun haben wirs geschafft

Halt die Zeit an, halt die Zeit an
wenn Du das kannst laß uns bleiben
andernfalls musst du verstehen
es wird schwer sein, diesen letzten Weg zu gehen

Jede Geste macht uns müde
jetzt zu Handeln oder nicht
das sind Zweifel einer Stimme
einer Stimme, die nie spricht

Halt die Zeit an, halt die Zeit an
wenn Du das kannst laß uns bleiben
andernfalls musst du verstehen
es wird schwer sein, diesen letzten Weg zu gehen

In den ersten Morgenstunden
ließ ein Schauer mich erfriern
und ich wusste für Sekunden
dass wir alles hier verlieren, wir werden alles hier verlieren...



Und dann fuhren wir ab.

135 commentaires :: aucun trackback

Du bist tief in meinem Herzen doch ich fühl mich trotzdem allein

Par Cecilchen, mardi 5 septembre 2006 à 15:52 :: Party, copains...

Wo bist du ? Immer wieder kommt die Frage. Ich vermisse dich. Ich weiss, wir können uns nicht treffen, wenn wir es wollen. Und telefonieren ist teuer. Und Internet ist unbequem. Was bleibt ? Keine Ahnung. Ich vermisse dich, ich will dich nicht verlieren. Du willst es auch nicht. Aber ? Ich vermisse die Zeit, als wir immer zu zweit waren. Jeden Tag kann ich mich an alles erinnern, was wir vor zwei Jahren in Göttingen gemacht haben. Jeden Tag verstehe ich noch, dass ich das nicht mehr erleben können werde, dass alles vorbei ist, dass wir vielleicht eines Tages mit unserer Freundschaft aufhören werden... und es tut mir so weh... weil einen Freund wie Du habe ich noch nie in meinem Leben getroffen... und einen anderen Freund wie Du will ich auch nicht suchen. Ich vermisse dich.

102 commentaires :: aucun trackback

samedi 2 septembre 2006

Do my eyes seem empty? I've forgotten how this feels.

Par Cecilchen, samedi 2 septembre 2006 à 22:02 :: Famille

Was I wrong?
I don't know, don't answer.
I just needed to believe.

98 commentaires :: aucun trackback