mardi 30 mai 2006

Chazaud et pièces rapportées (28 mai 2006)

Par Cecilchen, mardi 30 mai 2006 à 10:15 :: PoueT et moi

316 commentaires :: aucun trackback

lundi 29 mai 2006

Monsieur Grimberg

Par Cecilchen, lundi 29 mai 2006 à 19:27 :: Pensées en vrac

Monsieur Grimberg : mon prof de littérature des semestres 4, 5 et 6. C'est une personne respectable, qui s'exprime en français d'une manière douce et soignée, qui manie la langue de Goethe sans simagrées, qui voit ses élèves non pas comme des veaux ruminant et stupides, mais comme des êtres humains (quel progrès). Ah la la, si plus de profs de fac pouvaient être comme lui !

Lors du dernier cours qu'il nous a dispensé, il a fait un lapsus rigolo (Menfin je crois que suis la seule à l'avoir remarqué...)
Il voulait nous encourager à parler, et il a voulu nous dire "Allez-y, ne soyez pas timides !"
Mais il a dit "Seien Sie nicht nüchtern!"
Bah écoute !

27 commentaires :: aucun trackback

vendredi 26 mai 2006

Soirée entre moniteurs (18 mai 2006)

Par Cecilchen, vendredi 26 mai 2006 à 14:57 :: Party, copains...

Les photos sont toutes floues, mais elles ont le mérite d'être là ;) Merci Ahmed (Les autres photos, celles de Claire, vous les avez tous ?)

De gauche à droite :

Christophe, Aurélien, BenJ, Sebastien, Moi, Ahmed, Charlotte, Claire



BenJ



Claire



Ahmed (Alias George Abitbol)



Charlotte



Moi



Seb, Moi, Ahmed, Claire

95 commentaires :: aucun trackback

mardi 23 mai 2006

Bye bye Alex (Die Toten Hosen)

Par Cecilchen, mardi 23 mai 2006 à 10:29 :: Concerts, musique

Der große Rebell von gestern
sagt nun für immer "JA!"
zum bürgerlichen Leben
und den Dingen, gegen die er war.

Er hat die Fronten gewechselt,
alle finden ihn wunderbar,
obwohl sich sein Charakter
keineswegs geändert hat.

Hey, bye bye Alex!
Nur noch ein Clown,
traurig anzuschaun.

Ursache und Wirkung,
Unterdrückung und Aggression,
es ist immer dasselbe Übel
und keiner bleibt davon verschont.

Sie alle gehörn zur Maschinerie,
als ein Rädchen im System.
Ohne sie würde sich das Uhrwerk
nicht mehr lange drehn.

Hey, bye bye Alex!
Nur noch ein Clown,
traurig anzuschaun.

79 commentaires :: aucun trackback

dimanche 21 mai 2006

Unter Schutzatmosphäre verpackt

Par Cecilchen, dimanche 21 mai 2006 à 23:31 :: Pensées en vrac

Lucile et Maxime. Merci d'être là chaque jour pour m'aider à gérer ma vie. Merci pour tous ces moments qu'on a passé ensemble à Amiens. Pour les bons et les moins bons.
Merci Maxime pour m'avoir tant de fois acheté mon gouda en tranches, pour m'avoir consolée ce soir (une fois de plus),
Merci Lucile pour les joggings réguliers et les révisions vautrées sur la table du salon ou dans le canapé.
Merci à vous deux pour avoir simplement été là quand j'en avais besoin. Pour avoir été là le 8 août quand je suis descendue du train et pour ne m'avoir laissé que très rarement tomber depuis tout ce temps.
Merci pour votre amitié simple et sincère. Merci pour tout. J'espère pouvoir vous le rendre un jour.
Ca va être dur, très dur, sans vous, malgré nos prises de têtes.
Je vous aime ENORMEMENT.

79 commentaires :: aucun trackback

To you...

Par Cecilchen, dimanche 21 mai 2006 à 20:56 :: PoueT et moi



A travers les intempéries
Les mauvaises passes, les jours d'ennui,
Pense à moi,
Pense à moi si t'en as en vie

Je n'sais plus où courent tous ces gens
Mais c'est sans doute très important
Pour y passer,
Y passer autant de temps,

Moi, je m'suis pis dans un jardin
A cultiver les fleurs du Bien
Pense à moi,
Pense à moi si t'en as besoin

Tu vas croire que c'est encore loin
Mais c'est juste au bout d'un chemin,
Et là, tu r'connaîtras les Fleurs du Bien
Pense à moi,
Pense à moi si t'en as besoin

Près d'un piano désacordé
En attendant qu'vienne une idée
Tu sauras,
Tu sauras toujours où me trouver

Je sais bien que le monde est grand
Et qu'il faut r'garder de l'avant,
Mais pense à moi,
Pense à moi, si t'en as le temps

Moi, je m'suis pis dans un jardin
A cultiver les fleurs du Bien
Pense à moi,
Pense à moi si t'en as besoin

Tu vas croire que c'est encore loin
Mais c'est juste au bout d'un chemin,
Et là, tu r'connaîtras les Fleurs du Bien
Pense à moi,
Pense à moi si t'en as besoin

J'te dis ça autant que j'en ris
Puisque les mots ne changent pas la vie
Pense à moi
Pense à moi si t'en as envie

Je sais à peu près c'qui m'attend
Et même après quoi courent les gens
Je ne vois plus,
Ne vois plus rien de très urgent
Pense à moi pense à moi
Pense à moi pense à moi

Même là au fond de mon jardin
A cultiver les Fleurs du Bien
Les Fleurs du Bien...


Pense à moi

12 commentaires :: aucun trackback

mercredi 17 mai 2006

:D

Par Cecilchen, mercredi 17 mai 2006 à 22:56 :: Concerts, musique

87 commentaires :: aucun trackback

lundi 15 mai 2006

Celle à qui je dois la vie

Par Cecilchen, lundi 15 mai 2006 à 20:08 :: Famille



Les photos parlent d'elles-même, mais on n'y voit pas tout.

On n'y voit pas le courage exceptionnel qu'elle a eu à travers toute sa vie pour élever ses quatre filles, s'occuper de sa maison, de son jardin (tout était impeccable tous les jours, même le dimanche), aimer son mari (je n'ai pas souvenir d'une seule dispute entre eux), se battre contre la maladie, pendant trois ans, et jusqu'au bout.

On n'y voit pas sa bonté, sa patience et sa gentillesse. Elle aimait les autres. Même malade, elle trouvait encore de la place pour se soucier d'eux. Lorsque je révisais mon Bac, par exemple, elle m'a chouchoutée, ou lorsque j'étais à Göttingen, elle m'envoyait des photos. Je devais appeler tous les jours pour donner des nouvelles lorsque j'ai fait le tour de l'Allemagne à vélo, alors que moi j'étais jeune et en forme. Elle ne supportait pas les gens qui venaient lui rendre visite pour s'appitoyer sur son sort. Quand elle revenait de l'hôpital, elle s'excusait auprès de Lolita pour avoir été absente. Le jour du mariage d'Adeline, elle a pleuré pour qu'on la laisse se rendre utile et participer aux ultimes préparatifs.

C'est elle qui m'a appri à pardonner, à connaître Dieu, à connaitre William Sheller et Jimmy Sommerville, à faire des confitures réussies, à tout cuisiner, à être économe, à aimer les autres, à être studieuse, à ne pas me teindre les cheveux et à m'habiller convenablement (lol), à avoir peur des camps de concentration, à pleurer devant L'Instit', à jouer au nain jaune. Je vous l'ai dit : c'est elle à qui je dois la vie.

Désolée pour ceux qui n'ont pas eu la chance de la connaître, ou qui n'ont pas su profiter de cette chance.

12 commentaires :: aucun trackback

Gah !

Par Cecilchen, lundi 15 mai 2006 à 17:26 :: Pensées en vrac

10 commentaires :: aucun trackback

Ma bonne

Par Cecilchen, lundi 15 mai 2006 à 11:30 :: Famille

Voici ma soeur Lucie, en pleine action.
Il s'agit ici de se mobiliser contre la mode de cet été : le caleçon moulant à rayure (qui met particulièrement en valeur, il faut le dire) ne prendra pas ! Pas chez nous en tout cas !
Ils sont vraiment pas comme nous...

23 commentaires :: aucun trackback

dimanche 14 mai 2006

Ca pousse !

Par Cecilchen, dimanche 14 mai 2006 à 19:36 :: Cuisine, jardinage, bidouilles


Après les journée magnifiques qu'on a eues sur Amiens, la nature a explosé.
Ca s'est aussi produit sur notre terrasse. (Comparez avec le billet du mardi 11 avril 2006)

Les patates :






Les belles de jour (ou oeillets de poète, on ne sait pas encore) :



78 commentaires :: aucun trackback

mercredi 10 mai 2006

Recette d'un cake de oufs

Par Cecilchen, mercredi 10 mai 2006 à 18:35 :: Cuisine, jardinage, bidouilles


- 300g de farine

- 250 de sucre

- 200g de beurre

- 3 oeufs

- 200g de chocolat en petits morceaux
ou 100g de fruits confits et 100g de raisins secs

- 1 sachet de levure chimique


Mélangez tout ! Enfournez une heure th. 7 !
(Dans le cas où on favorise l'utilisation de fruits confits, il conviendra de les rouler dans la farine avant de les mélanger à la pâte)
MIAM !

80 commentaires :: aucun trackback

mardi 9 mai 2006

A consommer avec modération

Par Cecilchen, mardi 9 mai 2006 à 23:33 :: Party, copains...

L'abus d'alcool peut provoquer des troubles de la vue.




"Non Papa j'te jure, j'ai rien bu !"

6 commentaires :: aucun trackback

lundi 8 mai 2006

Taboulé de transport

Par Cecilchen, lundi 8 mai 2006 à 22:58 :: Cuisine, jardinage, bidouilles

Cecilchen : Aide moi, on va faire du taboulé pour le pique-nique de demain
PoueT : T'as du citron ?
Cecilchen : Nan , mais laisse : on va faire autrement...

PoueT coupa les poivrons, Cecilchen les tomates... et voilà, en deux coups de couteau, le résultat :



Humm... avec un cake salé "feta-olives vertes" (à droite sur la photo) : tout bonnement fameux !
Dommage qu'il y ait eu l'orage au moment du pique-nique

10 commentaires :: aucun trackback

Mariage d'Adeline (23 juillet 2005)

Par Cecilchen, lundi 8 mai 2006 à 21:37 :: Famille

Aujourd'hui, lundi 8 mai, ma grande soeur Adeline, enceinte jusqu'au coup, m'appelle pour rouspéter : elle est allée sur mon blog mais n'a pas trouvé d'article qui lui était consacré. Il est vrai que la plupars de mes articles sont écrits "sur le vif", et en semaine, à la suite de séances jardinage, cuisine, ou d'événements notoires à la fac.
Bref, je n'ai jamais parlé de mes soeurs, voire de ma famille proche dans mon blog. C'est pourtant de mon père et de mes soeurs que je suis la plus proche (enfin je crois :| )

Pour me faire pardonner, je vous présente cette belle photo de famille.



Adeline, c'était le jour de ton mariage avec Gilles, le 23 juillet 2005, un jour où la joie parfaite éclatait pour la dernière fois dans la famille Labide. C'était une journée merveilleuse, vraiment, et elle restera inoubliable pour nous tous.
Lucie, Elise et moi n'oublierons sans doute pas non plus les préparatifs de cette journée : ton enterrement de vie de jeune fille, le nettoyage de l'église de Vierzy, la préparation de votre chambre chez la grand mère de Gilles, la confection des petits fours aux groseilles pour le vin d'honneur, la préparation du vin d'honneur lui-même, le gonflage des ballons à l'helium, et surtout Ilona... J'en oublie sans doute (peut être même volontairement).

Bref. Tout ce que je voulais dire, c'est que oui, je ne le montre pas trop, mais je t'aime très très fort, mon Adeline.
Ah je voulais te dire autre chose : fait nous un beau bébé (et pas prématuré) !

79 commentaires :: aucun trackback

vendredi 5 mai 2006

Je suis au chômage !!

Par Cecilchen, vendredi 5 mai 2006 à 19:26 :: Pensées en vrac

C'était quand... hmm c'était le 5 mai pour moi (c'est à dire le 4 mai pour le reste du monde). La fac a jarté les fégniasses et a réouvert ses portes le 2 mai (enfin, pour moi, on était le 3 mai, mais bon).
Ainsi, comme tous les jeudi depuis janvier 2006, je vais à la BS après mon cours de philo (qui n'a pas eu lieu cette fois-là, ce cher Monsieur Azuelos ayant trouvé mieux à faire que de venir nous enseigner la doctrine de Monsieur Kant). Je n'ai qu'à attendre 16h avant de prendre ma permanence à la Bibliothèque de Section des langues (BS).
Enfin, ça c'était... avant le drame.

Le drame ? C'est Madame Maronnier, la chef, qui rentre dans la BS et nous dit : "Au fait, il faudrait que vous comptiez vos heures ! Avec toutes ces histoires on ne sait plus trop où on en est"

On compte nos heures, donc, avec Aurélien (qui me laissera sa place dans 40 minutes) et Bérangère (qui sera ma collègue dans 40 minutes), avec une certaine appréhension. (Je crois qu'on sait ce qui nous attend). Mince. T'as fait combien d'heures, toi, pendant le bloquage de la fac ? 18 ? Ah. Moi j'en ai fait 12. Mais c'est pas grave, ça, Madame Maronnier a dit de compter nos heures depuis le début de notre contrat.

Notre contrat, c'était de faire 200h de permanences à la BS. 200h à ranger des livres, à remplir les fiches d'empreints des étudiants et celles des livres. 200h à étiqueter les livres, à mettre leur nouvelle cotte. 200h à tamponner les périodiques, les quotidiens, à les mettre sur leur petit présentoir. 200h à faire les photocopies des livres non-empreintables. 200h à se montrer patient(e)s avec Papy (entre autre)
"Vous êtes germaniste ?"

On compte nos heures, donc. Et voilà le drame. J'en suis à 215h. Par principe, on ne me paira pas les 15h de rab (merci !). Mais le pire, c'est même pas ça. Le pire c'est que je ne bosserai plus jamais avec les autres !
On m'a mis au chômage sans même m'y préparer.
Aurélien, Ahmed, (et même Alexandra !), Bérangère, Benjamin, Charlotte, Claire, Sebastien...
Suis-je la seule à ressentir ça ??

79 commentaires :: aucun trackback