mercredi 26 avril 2006

"Cécile ! Tu nous fait une pâte à pizza pour ce soir ?" "Mouiii... Comment qu'on fait ?! "

Par Cecilchen, mercredi 26 avril 2006 à 20:07 :: Cuisine, jardinage, bidouilles

"La pâte à pizza ? C'est facile, regarde, c'est marqué : tu mets tous les ingrédients, tu touilles, tu laisses monter. On s'en va pendant deux heures, ça te laisse pile poil le temps, aurevoir !"
La porte claque, Lucie et L'crampon viennent de m'abandonner. Seule chez moi, j'ai cette lourde tâche de faire la pâte à pizza. Bon. Alors. Déjà, c'est pas comme je fais d'habitude, avec les sachets tous prêts où effectivement il faut tout mélanger d'un coup : ma soeur, dans son extrême gentillesse, m'a laissé sur le plan de travail un sachet de levure de boulanger en poudre, la recette de la pate à pizza écrite au dos.

"Pour 6 personnes
Préparation : 15 mn, Cuisson 30 mn
Dans une terrine, mettez 250 g de farine, faites un
puits, ajoutez 150 ml d'eau tiède, 2 cuil. à soupe
d'huile d'olive, une pincée de sel et un sachet de
levure de boulangerie traditionnelle Vahiné"


Hop, je mélange tout, vite fait bien fait. 15 mintues de préparation, qu'ils disaient ! Jusque là, ça n'a l'air pas mal.
D'un coup (d'un seul), je vois pourtant des petits grumaux marron dans ma belle pâte blanche.
Quoi que c'est que ça ? Je lis, après la ligne "levure de boulangerie traditionnelle Vahiné" : "préparée comme indiqué sur le mode d'emploi". Damned. Il fallait délayer la levure avant de la mélanger au reste.

On recommence, c'est pas grave. 250 g de farine, le petit puits, hop j'oublie pas : je fais chauffer deux cuillers à soupe de lait. Il chauffe trop, ça sent le lait chaud dans ma cuisine, je sens que je vais défaillir. C'est pas grave je remets un peu de lait froid dedans, je mets la levure, je touille, j'attends 15 minutes (les voilà les soit-disant 15 mn de préparation !), la levure a moussé, c'est à moitié solide-crémeux (voire crémeux-solide) et ça sent bizarre. Je prends sur moi et verse cette préparation, ainsi que tous les ingrédients restant, sur le petit puis. Hop, une belle boule de pâte à pizza, cette fois-çi ! Maintenant, on va voir si elle monte.

16 commentaires :: aucun trackback

Deux de mes cousines (filles de la soeur de ma mère)

Par Cecilchen, mercredi 26 avril 2006 à 18:36 :: Famille

Voici Eve et Solène, les deux cousines que je connais le mieux, je peux dire.
Depuis toujours, on se voit chaque année pour Noël, c'est une sorte de tradition. J'espère que ca va durer encore un peu, même si les évènements familiaux récents (tristes et joyeux) finiront par la dissoudre !
Cette photo vient tout droit de Boujogne, leur région natale. Là, elles font un peu les tarées. Sinon, elles ont des têtes tout à fait charmantes :D



(Solene à gauche, Eve à droite)

10 commentaires :: aucun trackback

mardi 25 avril 2006

Ja ja ja ja !

Par Cecilchen, mardi 25 avril 2006 à 11:36 :: Party, copains...


Jeder Mensch der liebt nunmal stolz sein Heimatland, darum lieben wir ganz klar unsern’ heimschen Strand.
Wo der alte Schloßturm steht, da sind wir zu Haus.
Weil es ohne Bier nicht geht, rufen wir schnell heraus:

„Ja sind wir im Wald hier, wo bleibt unser Altbier, wir haben in Düsseldorf die längste Theke der Welt. Ja, ja, ja, ja.


Ja sind wir im Wald hier, wo bleibt unser Altbier, wo ist denn der Held, der mit seinem Geld die Runden bestellt?
Wo ist denn der Held, der mit seinem Geld die Runden bestellt?"

Machen wir ne Herrentour an die schöne Aar, trinken wir Burgunder nur, das ist sonnenklar.
Spätestens um Mitternacht ist die Sehnsucht groß.
Nach dem Glas vom Altbierfaß und der ganze Verein singt dann los:

„Ja sind wir im Wald hier, wo bleibt unser Altbier, wir haben in Düsseldorf die längste Theke der Welt. Ja, ja, ja, ja.
Ja sind wir im Wald hier, wo bleibt unser Altbier, wo ist denn der Held, der mit seinem Geld die Runden bestellt?
Wo ist denn der Held, der mit seinem Geld die Runden bestellt?" (2x)

Machen wir ne Herrentour an die schöne Aar, trinken wir Burgunder nur, das ist sonnenklar.
Spätestens um Mitternacht ist die Sehnsucht groß.
Nach dem Glas vom Altbierfaß und der ganze Verein singt dann los:

„Ja sind wir im Wald hier, wo bleibt unser Altbier, wir haben in Düsseldorf die längste Theke der Welt. Ja, ja, ja, ja.
Ja sind wir im Wald hier, wo bleibt unser Altbier, wo ist denn der Held, der mit seinem Geld die Runden bestellt?
Wo ist denn der Held, der mit seinem Geld die Runden bestellt

69 commentaires :: aucun trackback

dimanche 23 avril 2006

Chez les grumelles, le 22 avril 2006

Par Cecilchen, dimanche 23 avril 2006 à 18:51 :: Party, copains...


19h30. Après une dure journée de préparatifs (courses, ménage, faisage de lits, cakes, pizzas...), les premiers coup de sonnette retentissent. Ca commence. You take the apéro ?



Anne et Heloïse




Vianney, PA, Bruno




Vincent, Angélique...




Clémence et Antoine




Cécile (ou pas)




Max et Matthieu




Greg (ou pas) et Max




Vian et Gündüz




Lucie et Cécile




Greg, Gilles, Nicolas et Tiphanie




Tom et Antoine



Hop, faut quand même un tout p'tit peu de temps pour faire un câlin à son chéri


Cinq heures du matin.
Les plus audacieux rentrent chez eux, les habitués restent sur place et se lancent à la poursuite d'un lit vide. A défaut, on va dans un lit déjà occupé :D ou par terre (ou pas).
Un peu plus tard, une gueularde prend les pleins pouvoir auprès d'Antoine. J'ouvre un oeil, pose un pied au sol, puis l'autre. Lamentablement mais sûrement, je me faufile dans la cuisine et le salon. Et là, c'est le drame.





Conclusion :
Beaucoup de personnes se sont désistées et/ou ne sont pas venues sans prévenir, c'est bien dommage... Mais il n'y a pas de regret à avoir : c'était du délire avec les (environ) trente autres qui se sont donné la peine de venir (je pense surtout à Anne qui a repri la voiture après)

C'est quand qu'on recommence ? :)

32 commentaires :: aucun trackback

mardi 11 avril 2006

Patate Party

Par Cecilchen, mardi 11 avril 2006 à 22:54 :: Cuisine, jardinage, bidouilles

Cet hiver, mes colocataires adorés ont investi dans les patates. C'était pour la Tartiflette. Ils en ont fait... un peu...
Bien entendu, lors du ménage de printemps (qui a eu lieux récemment), on a retrouvé les patates oubliées dans le placard de la cuisine.

Alors comme on vient tout juste d'installer les "bacs à fleurs avec treillis" (cf. billet "opération jardinage, week end du 9 avril"), on a eu une idée de génies : la culture de la patate.

Voici comment procéder pour les planter (méthode amiennoise) : .


1) Dégager délicatement les jeunes pousses du filet jaune à l'aide des ciseaux de Maxime



2) Les poser délicatement à terre



3) Les planter dans le terreau



Poussez, mes belles, poussez ! Jamais je ne vous ferai l'affront de vous arracher ! Que la météo soit clémente ! Poussez ! Offrez nous vos plus belles fleurs !

9 commentaires :: aucun trackback

Opération jardinage, week-end du 9 avril

Par Cecilchen, mardi 11 avril 2006 à 22:51 :: Cuisine, jardinage, bidouilles

Ce week end, mon pâpâ est venu à Amiens avec sa perceuse : opération jardinage. On avait besoin de ses précieux services pour nous aider à monter les "bacs à fleurs avec treillis" achetés le matin même chez un grand fournisseur du jardinage. Sur le prospectus, ils étaient pas en pièces, les bacs à fleurs...



Et hop ! 400 litres de terreau entassés dans la 106 de Nutnile ! (c'est possible)



11 commentaires :: aucun trackback

mardi 4 avril 2006

Dimanche soir : comment c'était vraiment.

Par Cecilchen, mardi 4 avril 2006 à 10:49 :: Concerts, musique

Si vous cliquez, colonne de droite, sur le lien "PoueT", vous trouverez le récit du concert d'In Flames de dimanche soir (2 avril), écrit par un passionné. Voyons voir... (je vous invite à y faire un tour). "J'ai bien sauté, comme à l'habitude, sur Only For The Weak, jme suis bien démonté le cou sur l'ensemble.Voilà, c'était bien fun.", dit Monsieur PoueT. On est bien avancés, hein ? Voilà comment moi, j'ai preçu la chose.

A dix-neuf heures trente, je suis arrivée dans la salle : une petite salle, assez jolie. Je ne sais pas si vous connaissez l'Elysée Montmartre ; personellement, c'était la première fois que j'y mettais les pieds. Bref. Une chaleur là dedans !

C'est le groupe Sepultura qui assure la première partie. Lentement mais sûrement, dans mon coin en tout cas, l'ambiance se réchauffe. A leur dernière chanson "Roots" (ou un truc comme ça), le public se déchaîne : j'entends des hurlement autour de moi et ne sais pas s'ils viennent du chanteur (qui semble se faire brûler sur place) ou du public lui même. Bref Sepultura, j'ai pas trop aimé :)

Après, In Flames entre en scène. Je m'aventure à regarder PoueT, derrière moi. Quel oeil conquis, passionné il a ! Rivés sur le groupe, ils ne voient plus rien d'autres. C'est ça, l'amour ? Je n'ai pas le droit d'invervenir et de briser ce charme. Après tout, ca ne durera même pas deux heures... Le public entier est dans le même état. Partout, des corps "possédés" (par la musique) sautent, font leur signe de reconnaissance (main tendue, majeur et annulaire repliés), secouent leur tête, hurlent, en sueur.

Ce qu'il y a de bien avec In Flames, c'est que le son qu'ils produisent reste "mélodique". Du coup, c'est plus qu'écoutable. Le groupe, débordant d'énergie, sait par ailleurs parfaitement gérer le public. Ce sont de vrais artistes, il faut le dire.
Merci.

19 commentaires :: aucun trackback