mardi 28 mars 2006

Cologne - Köln (21 mai 2005)

Par Cecilchen, mardi 28 mars 2006 à 12:11 :: Voyages

Madame, connaissez-vous Cologne ?

C'est très certainement grâce aux circonstances avec lesquelles je m'y suis rendue si le souvenir de cette ville allemande semble être gravé dans ma mémoire. Et avec qui y suis-je allée ! Quelle compagnie, Madame !
Monsieur PoueT, pour ne pas le citer, rend toujours les voyages plus agréables. Malgré quelques unes de ses bouderies habituelles, il n'hésite pas à apporter sa contribution : bonne humeur, voire joie de vivre ("Schieb den Wal..."). Fin gourmet, il trouve toujours les bons mots aux bons moments ("On boit une Paulanère ?").
En un mot, n'oubliez jamais votre PoueT si vous partez en vacances.
(Toutefois, ne lui prêtez pas d'attention si, un poil râleur, il essaie de vous convaincre de ne pas arriver à une heure convenable devant une salle de concert).
CQFD

Pour trouver Cologne, montez dans le Tahlys à Paris Nord et laissez-vous guider.
Vue contre-plongeante de la plus haute cathédrale du monde à la descente du train. Pour peu que le Soleil brille à votre arrivée et jette ses rayons sur son portail et son parvi, vous aurez vraiment le souffle coupé.
Centre-ville typiquement allemand, donc très mignon.
Sur place, aucune difficulté à se procurer quelques PauLAner, Apfelschorle, Käsebrötchen... la vie est belle.
Vraiment, une ville à voir. C'est certain que ça va vous changer de la France...

12 commentaires :: aucun trackback

Voyage à Cracovie (Reise nach Krakau) (14-19 février 2006)

Par Cecilchen, mardi 28 mars 2006 à 00:21 :: Voyages

Comme vous pourrez le constater, il s'agit ici d'un billet bilingue. Je le rédigerai d'une part dans ma langue maternelle, le français, d'autre part dans une langue nouvelle que les allemands pourront sans doute comprendre, même si il ne s'agit pas de l'allemand. Cette langue ne porte pas de nom officiel. ;)

Mon dernier voyage : Cracovie.
Voyage en partie en solitaire. Amiens-Paris (train). Paris-Varsovie (Avion).



Varsovie-Cracovie (voiture, route verglaçée) en compagnie de mon ami russe.

Ah ! Quelle joie de découvrir des contrées lointaines ! La Pologne, je ne connaissais absolument pas. Et le dépaysement fut total. Ca commença ainsi :
"Do you speak german ?
- No
- Russian ?
- No
- French ?
- No
- English ?
- No, just Polish !"
Hum... super... combien de temps on reste ici, déjà ?
Bon, sinon, nous devons bien admettre que les Polonais sont assez hospitaliers. Les seules choses détestables qu'on peut trouver chez eux sont... les kebabs (et les camps de concentration)... .



Le reste, enfin, en ce qui concerne Cracovie, c'est vraiment splendide.


_______________________________________________

Meine letzte Reise : Krakau
Teilweise bin ich allein gereist. Amiens-Paris (Zug). Paris-Warschau (Flugzeug)
Warschau-Krakau (Auto auf glatter Strasse) mit meinem russischen Freund.
Ah ! Was für eine Freude, solche fremden Gegenden zu entdecken! Polen kannte ich überhaupt nicht. Und ich fand es ganz anders als Frankreich, oder als alles, was ich schon kannte!!
Damit fing es an:
"Do you speak german ?
- No
- Russian ?
- No
- French ?
- No
- English ?
- No, just Polish !"
Hum, toll... wie lange bleiben wir hier? Na. Andernfalls müssen wir annehmen, dass die Polen sehr gastfreundlich sind. Dort sind die einzigen hässlichen Dinge die Döner und Konzentrationsläger... Krakau, was ihr betrifft, ist wunderschön.

14 commentaires :: aucun trackback

lundi 27 mars 2006

Soirée veau-dinderie avec Lucile

Par Cecilchen, lundi 27 mars 2006 à 22:47 :: Pensées en vrac

Bon après une journée comme celle-là, il faut se détendre un peu (normal)
Notons qu'en péripétie supplémentaire, je me suis faite virer de mon poste à 16h (il parait que c'était risqué, dixit ma chef) bref.
Mission ORIGAMI : aujourd'hui, je plirai un escargot (et là, vous vous dites que cette fille a vraiment une vie super intéressante)
Bien entendu, c'est chiant tout ça...
Alors on est sorties se promener avec ma colocataire et meilleure amie Lucile :)



Allez... ça ira mieux demain...

637 commentaires :: aucun trackback

Tout commença...

Par Cecilchen, lundi 27 mars 2006 à 21:57 :: PoueT et moi

... ce matin. Journée qui commence mal.
Il se lève, pose un doux baiser sur ma joue endormie (un baiser aux épices indiennes, cette fois-çi), puis j'entends la porte claquer. Encore quelques traces de sa présence sont à sentir : les bruits de pas qui s'éloignent, de l'autre côté du mur de ma chambre, dehors ; puis le retentissement métalique de la grille de la résidence qui s'ouvre, rapidement, et claque derrière son passage. Je ne le reverrai que vendredi soir.
Et là, tout s'enchaine : douche, p'tit dèj, Internet, tout très rapidement.
Je saute sur mon vélo (que nous appelerons Rollo, pour des questions de simplicité) et pédale, pédale aussi vite que possible; 6 kilomètres et 15 minutes plus tard, (rouge, en sueur et hors d'haleine, bien entendu) j'y suis : bâtiment D, Rez-de-chaussée, Bibliothèque de Section (ou BS, ou Bibliothèque des Langues). Je prends ma permanence à 12h. Ah mince, c'est vrai, la fac est bloquée. J'attache Rollo à la grille, et je fais "le grand tour"... mission enjambage de baricades. Je suis déterminée, plus que jamais déterminée, ils ne doivent pas voir en moi quelque signe de faiblesse, j'arriverai à mon but, la Bibliothèque des Langues, j'y suis monitrice, 8h par semaine, et ce n'est pas quelques 1000 grévistes qui me feront renoncer à cette noble tâche.
"Comment ca, qu'est ce que je viens faire ici ?! Oust ! J'vais pas faire cours toute seule, connard !" (hum, ce n'est pas vraiment ces mots que j'adresse aux grévistent qui trient sur le volet celui qui peux rentrer ou non, mais le coeur y est).
"Elle est Non-Gréviste ! Il faut la clouer sur les baricades !"
"T'as raison, les Romains ont fait ça avec le Christ, on en parle encore !"
Oui, c'était peut être un peu extrême de se pavaner devant eux avec mon brassard "non gréviste", mais bon, je le vis bien.
La voie est libre, je suis seule maîtresse des lieux. Plus qu'un couloir à longer et j'y suis. Au pas de course, je m'élance, je ne saurai tolérer d'être en retard.
Ca y est, enfin me voilà à mon poste, je m'assieds à mon bureau, ouf, c'était juste, seulement 4 minutes d'avance.
Qu'importe, de toute façon la bibliothèque est déserte à cause du blocus.
Et là j'ai bien envie de dire...
Monde de merde...

20 commentaires :: aucun trackback